Récits et photos de balades à moto


BMW R1200 R

 

Dernière mise à jour
02/06/2017

NORD

PAS-DE-CALAIS

JUILLET 2008

 


"Et dir' qu'il y a cor des gins qui pinsent que ch'Nord, ché que l'pays d'la mine et des corons. Mais té chais, ché biau l'Nord. Y'a pas qu'des teris. Vas-y l'ami et té verras, té l'regretteras pon ! en tout cas, mi, j'y avions passé mes vagances et j'avions pon été déçu".

Et c'est vrai, le Nord-Pas-de-Calais, ce ne sont pas que des corons, des mines, du charbon et des plaines tristes à pleurer. Cette époque a existé mais elle est révolue. Le Nord-Pas-de-Calais a énormément souffert durant le 20ème siècle, en raison des deux guerres qui l'ont rasé et des restructurations industrielles qui ont mis à mal son économie mais c'est aujourd'hui une région qui émerge et qui possède de nombreux atouts. De ces années difficiles, où les conditions de vie et de travail avaient forgé un sens de la fraternité et de la solidarité très forts dans le milieu ouvrier le Nord a conservé un côté chaleureux, convivial, accueillant et un goût prononcé pour la fête, comme en témoignent le carnaval de Dunkerque, la braderie de Lille, les fêtes de la bière ou les nombreuses fêtes locales comme le cortège nautique de Saint-Omer, qui réunit tous les ans en juillet des milliers de personnes. Les paysages ne sont pas "extraordinaires", mais ils sont variés et plaisants. Le nord-ouest qui correspond au Boulonnais est vallonné, avec une très jolie côte d'Opale qui offre de belles plages de sable fin et des sites magnifiques, comme les falaises des caps Blanc-Nez et Gris-Nez. Le nord-est en revanche correspond à l'extrémité de la grande plaine nord-européenne et en dehors du mont Cassel qui culmine péniblement à 176 mètres, on est dans le plat-pays, mais ce plat pays, c'est celui d'un patrimoine architectural et artistique flamand remarquable, c'est celui des moulins et des beffrois carillonnant. Et il ne faudrait pas oublier au sud-est le bocage vallonné de l'Avesnois qui se prolonge jusqu'aux Ardennes, avec ses villages pittoresques. Et pour le motard, qui comme moi, aime les petites routes sinueuses, le boulonnais est un terrain de jeu très acceptable, même "le plat pays" avec ses départementales qui suivent le cours sinueux des rivières. Bref, quand on parle du Nord aujourd'hui, il faut oublier les clichés faciles et les images réductrices. Le Nord est une belle région qui mérite qu'on la visite.

 

GPS : télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 

 

BALADE 1 : LES MARAIS DE L'AUDOMAROIS  (85 KMS)

Le Parfum-des-Sapins
 
 
Saint-Omer D928
Quartier du Doulac D928
Salperwick D928, ZA Noir Cornet
Tilques D214
Serques D214
Saint-Omer D214, D213, D928
Clairmarais D209, D210
Arques D210
Le Fort-Rouge D211
Aire-sur-la-Lys N42, N43, D192
Ecques D157, D197, D192, D189
Le Parfum-des-Sapins D189, D195, D210E
   

Voir le Roadbook


Quand on décide de séjourner à Saint-Omer, le circuit des marais est incontournable. Cette région est un ancien golfe marin conquis sur la mer au moyen âge et aujourd'hui parcouru par une multitude de "watergangs" (littéralement "chemins d'eau" permettant d'accéder en barque à des parcelles cultivées. Evidemment, le meilleur outil pour visiter le marais, c'est l'Escute, la barque traditionnelle du marais mais on trouve aussi de la barque motorisée.
On peut commencer le circuit en se rendant au nord de la ville dans le quartier traversé par le canal de l'Aa, précisément à l'extrémité du canal de Neufosse. Au passage, on peut admirer les alignements de maisons flamandes qui se reflètent dans le canal. On emprunte ensuite un petit pont étroit sur la droite qui permet d'accéder au quartier du Doulac, avec ses petites maisons blanches construites sur des terrains où on cultive le chou-fleur, l'endive et le céleri. La route étant en cul de sac, on fait demi-tour et on reprend la D928 jusqu'aux marais de Salperwick ou on troquera la moto contre une barque afin de "jardiner" dans un incroyable dédale de watergangs permettant d'accéder à des cabanons et des petites résidences faites de bric et de broc.
Au retour de la balade, si on ne s'est pas perdu dans le labyrinthe des watergangs, normalement il n'est pas loin de midi et le meilleur endroit pour déjeuner est un estaminet, le "Bon Accueil" où on peut déguster des plats régionaux typiques comme le potjevlesch. Inutile d'essayer de prononcer ! Il suffit de demander un "Pot" et l'aubergiste comprend. C'est une terrine de viandes blanches en gelée accompagnée de frites. Il y a plusieurs recettes mais le "pot" au vinaigre du "Bon Accueil" est de loin celui que nous avons trouvé le plus goûteux.
Objectif de l'après midi : Clairmarais et la réserve ornithologique du Romelaëre suivie de l'ascenceur à péniches des Fontinettes à Arques. Le marais de Clairmarais est assez différent de celui de Salperwick : essentiellement consacré à la culture maraîchère il est moins fréquenté. Pas de cabanons, pas de campings. Que des parcelles cultivées et une très belle réserve naturelle aménagée pour l'observation des oiseaux. Voir : http://www.tourisme-saintomer.com/VIS-mar-ro.htm
La journée se termine par la visite de l'ascenseur à bateaux des Fontinettes à Arques, un ouvrage destiné à gérer la dénivellation de 13 mètres séparant les bassins de l'Aa et de la Lys. Aujourd'hui, l'ascenseur n'est plus en activité. Il a été transformé en musée qui retrace l'histoire des ascenseurs à bateaux à travers une exposition, des maquettes, une vidéo, un atelier de réparation avec un tour assez extraordinaire.
Ceci étant, Saint-Omer mérite une visite spécifique. C'est une ville d'art et d'histoire avec de belles demeures à la flamande, un grand parc au pied des anciennes fortifications, une cathédrale qui sans rivaliser avec celle d'Amiens est une des plus belle du Nord et... si on est un garçon organisé, on pourra assister à un étonnant cortège nautique qui a lieu chaque dernier dimanche de juillet où les bacôves, grosses barques des marais, sont décorées par les maraîchers pour un défilé sur le canal du Haut-Pont.
 


Saint-Omer : cortège nautique
 


Saint-Omer : quartier du Doulac
 


Clairmarais : la réserve du Romelaëre
 

Arques : ascenseur à bateaux des Fontinettes
 
 

BALADE 2 : LE BOULONNAIS (192 KMS)

Le Parfum-des-Sapins
 
 
Loison-sur-Créquoise D77, D198, D157, D155, D130
Abbaye de Valloires D130, D137
Stella Plage D192, N1, D940, D143, D144
Etaples D144, D940
Desvres D940, D215, D52
Herbinghen D127, D191
Quercamps D191, D217, D225
Le Parfum-des-Sapins D225, D211
   

Voir le Roadbook


La route qui descend vers Loison ondule joyeusement en suivant le cours de la Créquoise. Cette balade est globalement consacrée au plaisir de la moto mais un plaisir n'empêchant pas les autres, on pourra comme nous, faire un petit ravitaillement en Perlé de groseilles, une petite merveille de vin pétillant de groseilles mis au point par Monsieur Delobel, qui propose également un perlé de cerises et de framboises. (ce dernier étant assez génial sur un foie gras). Le site pour les amateurs : http://www.perledegroseille.com/
L'abbaye de Valloires n'étant qu'à quelques tours de roues, on peut s'y arrêter pour prendre le frais dans les superbes jardins et en profiter pour prendre des contacts pour un futur hébergement, les moines proposant des chambres haut de gamme... avec alcôve s'il vous plaît (non, on ne rêve pas) mais également des chambres de convers, au tarif forcément plus abordable mais... sans alcôve ;-)
Avant de se rendre à Desvres, on descend la vallée de l'Authie jusqu'à Nempont puis on pousse jusqu'à Stella-Plage pour une baignade apéritive... vivifiante !  On trouve à déjeuner à Stella mais Le Touquet est à deux tours de roue.
Desvres est une petite ville connue pour sa faïence. Plusieurs échoppes d'artisans perpétuent cette activité très ancienne mais pour approfondir, je conseille la visite du musée de la Céramique, appelé aussi "Maison de la faïence" (site web : https://www.musee-ceramique-desvres.com/)
 


Maison fleurie de la vallée de la Crécquoise
 


Abbaye de Valloires


Desvres : entrée de la Maison de la Faïence
 


Desvres : faïence ancienne
 

 

BALADE 3 : MOULINS, MUSEES (100 KMS)

Le Parfum-des-Sapins
 
 
Arques D210
Cassel D933
Terdeghem D933, D916, D37
Steenvoorde D947
Arnèke D18, D338, D11
Watten D11, D226
Blockhaus d'Eperlecques D207
Moulle D207
Moringhem D207
Wisques D208, D212
La Coupole D210
Le Parfum-des-Sapins D210
   

Voir le Roadbook


Une journée moins longue en kilomètres mais plus riche en découverte du patrimoine régional avec dans l'ordre :
- La cristallerie d'ARC International à... Arques. Créée en 1825, l'entreprise est aujourd'hui à la tête d'un groupe international leader mondial des arts de la table. Une visite permet de découvrir toute la chaîne de fabrication et l'histoire de la cristallerie.
- Le mont Cassel et les moulins de la région de Steenvoorde, avec une "mention spéciale du jury" pour le moulin de Steenmeulen" à Terdeghem géré par le fils "haut en couleur" et passionnant d'un authentique meunier.
(http://www.steenmeulen.com)
- Le Blockhaus d'Eperlecques où les Allemands avaient choisi d'édifier une usine d'assemblage et de lancement de fusées V2 pointées vers Londres et Anvers. C'est le plus gros blockhaus jamais construit par l'armée allemande : 22 mètres de haut, 90 de long, 50 de large avec une dalle supérieure de 5 mètres d'épaisseur pour résister aux bombardements, qui endommagèrent néanmoins l'édifice au point qu'aucun V2 ne pourra y être lancé. Une visite guidée permet de découvrir l'histoire de cette période.
- La Coupole, (http://www.lacoupole-france.com) qui est le complément obligé d'Eperlecques. C'est une immense ville souterraine digne du film "Métropolis" de Fritz Lang. La coupole avait pour objectif la destruction de Londres par les fusées V2. Aujourd'hui, le site a été transformé en Centre d'histoire et de Mémoire du Nord-Pas-de-Calais et présente plusieurs expositions, dont un authentique missile V2. Les fusées V2 avaient été conçues par les ingénieurs allemands sous l'autorité de Werner Von Braun et à la fin de la guerre, aucun des scientifiques allemands pourtant parfaitement conscients des conditions effroyables dans lesquelles ces engins étaient fabriqués, ne sera véritablement inquiété. Von Braun, pourtant membre du parti nazi et Sturmbannführer de la SS
supervisant les ingénieurs, les travailleurs civils et les détenus de Dora sera récupéré par les américains et se retrouvera membre de la NASA, d'autres iront rejoindre des équipes russes et même des équipes française où quelques ingénieurs allemands travailleront sur le projet Ariane. En fait, dans les Centres de recherche ou les usines allemandes liés à la fabrication des V2, seuls les "personnels d'encadrement" des déportés (gardiens etc) ont été poursuivis...
 


Le moulin de Steenmeulen
 


Le Blockhaus d'Eperlecques
 


La Coupole
 


La Coupole : moteur V2
 

 

BALADE 4 : LA CÔTE D'OPALE (210 KMS)

Le Parfum-des-Sapins
 
 
Ardres D77, N42, N43
Calais D231, D127
Cap Blanc-Nez D940
Cap Gris-Nez D940, D191
Audresselles D191, D940
Ardres D191, D231
Audruicq D224
Gravelines D218
Bourbourg D11
Bergues D2, D17, D13
Saint-Omer D928
Clairmarais D209
Arques D210
Le Parfum-des-Sapins D211, N42, D77
   

Voir le Roadbook


    A l'origine la côte d'Opale désignait une petite partie de la côte comprise entre Le Crotoy et Equihen. Aujourd'hui, l'appelation couvre pratiquement toute la côte qui correspond à la Manche, la limite se situant un peu au-delà de Calais, où commence la mer du Nord.
Une première boucle permet de faire le calaisis puis les caps Blanc et Gris-Nez. Place forte anglaise jusqu'au 16ème siècle, Calais est célèbre par l'histoire des six bourgeois demandés en sacrifice par le roi d'Angleterre et immortalisés par l'oeuvre de Rodin, une oeuvre qui à l'époque défraya la chronique, Rodin ne voulant pas réaliser une sculpture "académique" et grandiloquente mais expressive et humaine. On est frappé par l'expressivité des visages, et la perfection des mains. L'hôtel de ville et le beffroi flamand sont remarquables.
Le Cap Blanc-Nez est magnifique avec ses hautes falaises blanches desquelles on a une vue imprenable à la fois sur le damier bigarré des prairies et sur le rail de la Manche tout proche où on peut suivre la circulation incessante des porte-conteneurs et des ferries. Le Gris-Nez est moins impressionnant. Les deux caps ont été classés "Grands sites Nationaux" et un plan d'aménagement est en cours pour éviter la dégradation de l'environnement, en particulier d'une flore exceptionnelle comme la gentiane amère mais également d'une faune d'oiseaux qui nichent dans les parois des falaises. Après le Gris-Nez, on prend la direction d'Audresselles, que je considère comme un des plus beaux village de pêcheurs de la côte avec ses maisons construites sur les rochers qui dominent la mer.
   A Audresselles, on déjeunera "Au p'tit Bonheur" (http://auptitbonheur.org/audresselles.html) un restaurant que je recommande chaudement. Ambiance simple et conviviale, excellente cuisine de la mer. L'endroit n'est pas très grand : il faut donc s'y présenter pas trop tard ou bien réserver.
La seconde boucle qui repasse par Ardres fait d'abord étape à Gravelines, une ville fortifiée par Vauban qui édifia une citadelle dont on peut faire entièrement le tour... en barque puisque les "douves" sont encore en eau. Après Gravelines, on pousse jusqu'à Bergues qui doit sa réputation au film de Dany Boon : "Bienvenue chez les ch'tis".
En fait le film montrerait plutôt Bergues sous un jour peu favorable alors qu'il s'agit une petite cité flamande de caractère aux atouts touristiques indiscutables : enceintes fortifiées, superbe beffroi, belle façade baroque du musée, le Bruegel, estaminet flamand dans une des plus anciennes maisons de Bergues, mairie intéressante avec son "Electeur de Lamartine", géant créé en 1913 qu'on sort au Carnaval ou pendant les mois d'été.
Même si à Bergues on ne parle pas le ch'ti mais le flamand, le film de Dany Boon aura eu le mérite de donner un coup de projecteur sur cette petite ville qui mérite le détour.

 


Calais : l'hôtel de Ville et le beffroi
 


Les Bourgeois de Calais
 


Falaises du Blanc-Nez
 

Audresselles : maisons typiques

Gravelines : statues sur les remparts
 

Le Géant de Bergues
 

BALADE 5 : LILLE

Le Parfum-des-Sapins
 
 
Lille Pas de Roadbook particulier. Navigation au plus rapide
   

 


Objectif unique de cette balade : Lille, que Géné ne connaît pas.
Tout comme Amiens où j'ai fait mes études, Lille a su se transformer pour devenir une belle ville, dynamique et rayonnante et s'imposer à la fois comme plaque tournante du commerce de l'Europe du nord et grande ville d'art et d'histoire. Le "vieux Lille" est évidemment le quartier le plus touristique et la meilleure manière de le visiter c'est encore de prendre un guide de l'office du tourisme (palais Rihour).
La Grande place, appelée également place Charles de Gaulle (sa ville natale) pourrait presque rivaliser avec la Grand-Place de Bruxelles avec sa "Vieille Bourse", fleuron de l'architecture flamande, son beffroi qu'on aperçoit en arrière plan et les splendides façades, appelées aussi "rangs", parmi lesquelles celle du "Furet du Nord", une des plus grandes librairie du monde. La visite nous entraîne sur la place du Théâtre puis dans les rues du vieux Lille où s'élèvent l'Huîtrière, restau style art déco et mosaïques de circonstance. (A l'ancienne adresse de l'huîtrière - voir photo - on trouve encore l'indication de changement d'adresse de la maison datant de... 1928 ; le musée de l'Hospice Comtesse qu'on visite à l'occasion de ce circuit touristique ;
Notre-Dame-de-la-Treille, commencée en 1854 et inaugurée en... 1999 et remarquable par sa façade de marbre translucide et le très beau portail de bronze du sculpteur Jeanclos.
Rue de Gand, au 25, l'Estaminet T'Rijsel au décor typique sert des plats régionaux : carbonade flamande, waterzoï de poulet... Une excellente adresse.
 


Le Beffroi et la vieille bourse
 


Cour intérieure de la vieille bourse


Le beffroi et en premier plan, la "Déesse"
 


Ruelles du vieux Lille


Vieux Lille
 


Vieux Lille
 


Retour au passé


Façade translucide de Notre-Dame
 

 

OU MANGER ?  OU DORMIR ?

Le Parfum-des-Sapins Camping Mobil-Home de l'Hermitage - Le Parfum des Sapins - 62570 Helfaut
Tél :
03.21.12.87.78
Site web :
http://www.camping-hermitage.fr
(Calme et abordable en mobil-home - patrons aux petits soins)
   
Saint-Omer Auberge du bachelin - 12 bd de Stasbourg
Tél : 03.21.38.42.77
Bonne adresse, table familiale, ambiance chaleureuse
   
Salperwick Au Bon Accueil - 29 rue du Rivage
Tél : 03.21.38.35.14
Pour déguster un excellent
potjevlesch - frites
Site web : http://www.bonaccueil.info/
   
Audresselles Au p'tit bonheur - 2, rue Jeanne d'Arc
Tél : 03.21.83.12.54
Petir restau sympa, patronne géniale
Site web : http://auptitbonheur.org/audresselles.html
   
Lille Estaminet T'Rijsel - 25, rue de Gand
Tél : 03.20.15.01.59
Cuisine régionale