Récits et photos de balades à moto


BMW R1200 R

 

Dernière mise à jour
24/07/2017

PAYS CATALAN

AOUT 2006

 


Je pensais que 5 ou 6 années de vacances passées dans les Pyrénées-Orientales m'avaient permis de bien connaître la région mais ce voyage à moto d'août 2006 m'a prouvé que j'en étais loin. Et pourtant je suis un voyageur méthodique et obstiné. En réalité, on n'en a jamais fini d'explorer un pays, et le moyen, à moto cette fois-ci, change également la manière de voir les choses. En outre, la Catalogne est une région aux multiples facettes : patrimoine architectural et histoire bien sûr, terre de saveurs et de senteurs liées à des régions naturelles variées entre mer et montagne, traditions et culture populaires très vivantes, en réalité une région où chacun peut trouver son compte.
Et cerise sur le gâteau, cet été là, alors que la France grelotait, du côté de Céret, le soleil avait décidé de ne pas céder aux caprices de la météo.

Objectifs : plusieurs balades dans le Vallespir et le massif du Canigou, des incursions nombreuses en Espagne, quelques virées en Ariège vers des reliefs plus conséquents et quelques plongées dans les criques limpides de la côte vermeille.

 

GPS : télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

Avant d'entrer dans le vif du sujet, difficile de résister au plaisir d'évoquer ma liaison Millau - Céret par les départementales touristiques et viroleuses. Comme le badaud lambda, la veille, nous avions fait une pause à la hauteur du viaduc de Millau mais comme les hôteliers ne voulaient pas de nous en raison des 25emes internationales de pétanque, nous avions décidé de passer la nuit à Saint-Affrique, à une portée... de RT du site de Roquefort. Visite qui vaut le dérangement, avec dégustation de variétés de Roquefort, qu'on ne trouve que dans la région. Dommage...
Indépendamment de la route elle-même, 280 kilomètres de virons dans les paysages sauvages des causses, les possibilités d'arrêts touristiques sont nombreuses et pour commencer, on peut faire une halte à Sylvanès, ancienne abbaye cistercienne dans laquelle se déroulent aujourd'hui des rencontres culturelles et musicales. Pour un peu, nous aurions pu assister à une répétition du requiem de Mozart. Un peu plus loin, une petite route permet d'accéder à une église russe entièrement en bois et possédant quelques belles icônes.
Qu'on se s'étonne pas si mon itinéraire dessine un drôle de coude à partir de Rieussec : c'est que Minerve est un passage obligé. Déjà le nom fait rêver mais la situation dans un causse aride et entaillé de gorges... profondes, est exceptionnelle. Et puis le village est chargé d'histoire : une stèle commémorative rappelle que là-aussi, le très triste sire Simon-de-Montfort ("Que le cul lui pèle !", comme le dit un vieux chant populaire catalan) avait étripé consciencieusement le cathare, au nom de l'église catholique et de son bras armé : le roi de France.
Après Minerve, on descend gentiment dans les Corbières, qui ont bien du charme également, avant de rallier Céret par le col de Llauro.
 

LIAISON MILLAU-CERET  (270 KMS)

Saint-Affrique
 
 
Saint-Félix-de-Sorgue D7
Sylvanès D540
Murat-sur-Vèbre D92, D12, D922
La Salvetat D162, D62, D150
Col du Cabaretou D907
Saint-Pons D907
Minerve D907, D147
Olonzac D907, D910
Lézignan D611
Durban D611, D106, D611
Estagel D611
Thuir D612
Céret D615
   

Voir le Roadbook
 


Viaduc de Millau
 


Abbaye de Sylvanès
 


Minerve


Notre Mobil-Home aux "cerisiers"

 

BALADE 1 : VALLESPIR, MASSIF DU CANIGOU  (180 KMS)

Céret (66)
 
 
Arles-sur-Tech D115 (Cloître, abbaye)
Pratts-de-Mollo D115 (Fort Lagarde, Eglise lombarde, foiral)
Amélie les bains D115
Taulis D618
Col Xatard D618
La Bastide D13
Baillestavy D13
Vinça D13 (Belles vues sur le Canigou)
Bouleternère N116
Prieuré de Serrabone D618
Saint-Marsal D618 (Très belle place de village)
Céret D618, D13, D615
   

Voir le Roadbook


Céret est idéalement situé pour celui qui veut à la fois explorer la partie orientale des Pyrénées, les Corbières, la côte espagnole et la Catalogne. J'avoue (à ma grande honte) avoir souvent eu recours au réseau d'autoroutes et de voies rapides, qui permettent de rentrer à l'heure pour l'apéro. Parce que bon, dans certains coins, comme par exemple entre Prades et Arles-sur-Tech, si on joue aux intégristes, faut vraiment se cracher dans les pognes pour tenir un horaire décent. Ou alors faut oublier le pastis du soir ;-)
Faut dire que je connais assez bien le coin et que j'avais déjà eu ma période intégriste à La Preste, au-dessus de Pratts-de-Mollo, dans une aire naturelle de montagne au bout d'une piste improbable, tenue (un bien grand mot) par un chévrier rustique. Le bougre est toujours là et vit de son miel et de ses fromages mais sa femme, qui en avait marre de passer son temps à traire les biques l'a laissé tomber, pour des pâturages moins rudes, dixit le bonhomme.
Bref, descendre de La Preste pour rallier simplement le bord de mer, ça prenait tout de suite des allures d'expédition. Tout ça ne veut pas dire bien sûr que les petites routes du Vallespir sont impraticables. Au contraire, elles sont magnifiques mais il faut savoir qu'elles sont étroites, déformées et qu'on ne fera jamais plus de 40 de moyenne.
Ceux qui ont fait la concentre frm de 2005, connaissent la D618 entre Boulternère et Amélie-les-bains : un morceau d'anthologie motarde et touristique, mais tel que je connais les frmistes, ça m'étonnerait qu'ils aient été nombreux à faire le détour par Serrabone, pour moi, un des joyaux de l'architecture et de la sculpture catalanes. Ca se mérite parce que c'est au bout d'une route assez pénible. Le premier contact avec le prieuré est surprenant : fait de schistes sombres, il a des allures austères et peu engageantes. En revanche, dès qu'on a franchi le portail, le décor des colonnes et des chapiteaux en marbre est exceptionnel. Pour ceux que ça intéresse, on remarque que les sculpteurs catalans utilisaient la technique des trous, qui permettaient de définir avec assez de précision la quantité de matière à enlever. A noter également un cloître qui ne comprend qu'une seule galerie. Depuis quelques années le Conseil Général encourage toutes les initiatives culturelles et durant l'été on peut assister à de nombreux concerts dans l'église. Entre Serrabone et Céret, Saint-Marsal est un beau village pentu avec une place principale assez remarquable. C'est un des derniers villages français à posséder encore un puits à glace...
Pratts-de-Mollo est une cité de caractère. Pas uniquement parce qu'elle possède une très belle église lombarde et un fort militaire mais aussi parce qu'elle a su conserver des traditions catalanes fortes qui ne concèdent rien au tourisme. On danse la Sardane sur le foiral mais c'est par plaisir, parce qu'on a envie de danser et non pour distraire le parigot. Je n'ai jamais pu assister à la fête de l'Ours, qui se déroule en février mais il paraît que c'est un morceau d'anthologie. Et puis, à Pratts, on trouve une charcuterie dite du "Vallespir" tout bonnement fabuleuse. Allez donc de ma part chez le boucher du centre et demandez-lui un boutifare, des boudins blancs et noirs à faire griller au barbe et un morceau de saucisson du Vallespir ! Gaffe, on devient rapidement accro !
Nous avons eu la chance de pouvoir passer une journée entière à Arles-sur-Tech à l'occasion de leur "médiévale" mais en dehors de cet événement bien sympathique, la ville possède de beaux atouts : une abbaye et un cloître romans et une spécialité de rousquilles, des pâtisseries à déguster, de préférence avec un muscat du Boulou.
Acheté à la "copé", siouplé, le muscat ! Un vrai plaisir aussi : tu commences par discuter le bout de gras avec le président de l'assoce des viticulteurs du Boulou, un gaillard aux allures fortement cavanesques, et de dégustation en dégustation, tu te retrouves au final avec 12 boutanges à embarquer dans ta brêle ! Et là, faut assurer ou... finir sur place.
 


Pratts de Mollo
 


Le Canigou depuis Vinça
 


Médiévale d'Arles-sur-Tech


Chapiteaux historiés de Serrabone

 

BALADE 2 :  CATALOGNE - ARIEGE ( 262 KMS)

Céret (66)
 
 
Pratts-de-Mollo D115
Col d'Arres D115
Camprodon C38 (Eglise Santa Cecilia au clocher lombard)
San Joan Abadesses C38, C26
Ripoll C26 (Eglise, portail sculpté, cloître)
Ribes N152
Col de Toses N152
Bourg Madame N152
Ur N20
Font-Romeu D618
Mont-Louis D618 (four solaire d'Odeillo)
Villefranche-de-Conflent N116 (site à visiter + village d'Eus)
Prades N116
Bouleternère N116
Amélie-les-Bains D618
Céret D115
   

Voir le Roadbook


Une belle balade qui permet de remonter dans les Pyrénées par le côté espagnol. Qu'on ne se fie pas aux types de routes empruntées. Dans certains massifs, il n'y a qu'une seule vraie route (les autres sont en cul de sac) et c'est souvent une nationale mais une nationale qui vaut une belle départementale et en l'occurrence, de Ripoll à Bourg Madame, elle est somptueuse. Fréquentée par les camions certes, puisqu'il n'y a pas d'autres possibilités mais à moto, c'est bien rare de rester scotché derrière un véhicule pendant très longtemps... Je n'étonnerais personne en disant que nous n'avons pu résister à la visite de quelques cathédrales ou prieurés mais près de Mont-Louis, on peut faire dans le moderne avec l'impressionnant four solaire d'Odeillo, qui permet d'étudier les propriétés des matériaux soumis à des contraintes thermiques élevées. Possibilité de visiter l'expo consacrée au fonctionnement du four et à son intérêt pour la recherche. Au retour, juste avant Prades, on traverse Villefranche-de-Conflent puis quelques kilomètres plus loin, on passe à côté du village d'Eus. Difficile de caser la visite de ces deux endroits le même jour et il est préférable d'y revenir. Entre le tour de Villefranche par les remparts, la visite intra-muros, le fort Libéria auquel on accède par un escalier de 1000 marches, les grottes des Canalettes et un jardinage méthodique dans le village d'Eus, il y a bien de quoi tenir pendant une journée entière.
 


Cloître de Ripoll
 


Four solaire d'Odeillo
 


Villefranche de Conflent


Village d'Eus

BALADE 3 : BALADE  DES "CHEVRIERS" ( 145 KMS)

Céret (66)
 
 
Col de Brousse D13F (belles vues sur la méditerranée)
Las Illas D13
Maureillas D13
Vivès D13 (Hostalet de Vivès)
Thuir D615 (Visite des caves)
Castelnou D48 (vieux village typique)
Caixas D48, D2
Prunet et Belpuig Par une route et un chemin
Col de la Descargues D13
Corsavy D43
Arles-sur-Tech D43
Céret D115
   

Voir le Roadbook


Appelée ainsi en raison des routes empruntées, sur lesquelles, l'outil idéal serait plutôt un bon gros trail routier mais je ne me plains pas du RT, qui somme toute a des qualité qui permettent d'envisager ce genre de balade : suspensions excellentes, bonne garde au sol (depuis le 1200), guidon suffisamment large et position très au-dessus de la route. J'en connais même des, qui traduisent GT par... Gros Trail, c'est dire !  ;-)
Cette balade conduit à de remarquables petits villages par des routes étroites et ombragées, comme Las Illas au dessus de Céret, Castelnou, qui est inscrit au
Who's Who des plus beaux villages de France. Titre mérité et géré avec intelligence par une population qui a su en tirer partie sans céder aux sirènes d'un tourisme débridé. Tous les mardis, les artisans, agriculteurs, vignerons etc réunis en association, organisent un marché destiné à promouvoir les produits typiques de la région : fruits, miel, fromages, charcuteries, vins... Une idée empruntée à un autre village français mais qui pourrait bien faire des émules. Juste avant Castelnou, on passe à Vivès et je vous conseille de faire comme moi : un arrêt à l'hostalet de Vivès pour réserver une table pour le soir. (Par téléphone au 04.68.83.05.52). Nous connaissons cette auberge catalane depuis de nombreuses années. Toujours le même chef, égal à lui même, c'est-à-dire excellent dans le travail des produits du terroir. On est accueilli avec un poron de muscat de Rivesaltes accompagné d'un assortiment de charcutailles du Vallespir qui pourraient suffire en entrée. Au menu, "LA" grillade catalane, littéralement gargantuesque et moultes spécialités en sauce, comme les fameuses boles de Picoulas (prononcer "bolsses" mais les jeunes disent aussi "boules"). Pour ma part, j'avais simplement pris une grillade de côtes d'agneau, qui me semblait moins énorme. Il y avait quand même la bagatelle de 7 cotes ! Un dernier coup de muscat après la crème catalane et zou, la moto rentre toute seule à Céret.  ;-)
Sinon, dans le coin, j'avais pas mal fréquenté la Casa Pedro à Amélie les bains, à l'entrée de la ville quand on arrive de Perpignan : des spécialités de zarzuelas et de paellas.

 


Village de Castelnou


L'hostalet de Vivès

BALADE 4 : SUR LES TRACES DE SALVADOR DALI  (165 KMS)

Céret
 
 
Col du Perthus A9
Figueras A9 (Théâtre-Musée Dali)
Roses N260, Gi610
Cadaquès Gi614
Port Lligat Gi614 (Maison-Musée Dali)
Banyuls Gi614, Gi613, Gi612, N260, N114
Tour Madeloc D86
Saint-Génis N114, D2, D618 (Linteau de l'église et Cloître)
Villelongue dels Monts D618 (Prieuré Santa Maria del Vilar)
Céret D618
   

Voir le Roadbook


On m'avait dit que le musée de Figueras était blindé de monde en été avec une queue phénoménale. J'avais donc prévu un transfert éclair par le Perthus, autant que faire se peut, puisque le dit Perthus, lui, est toujours parfaitement blindé en raison des convois de français qui font leur ravitaillement à La Jonquera. Du coup, nous arrivons à Figueras à l'ouverture avec... seulement 2 personnes devant nous. Le Musée Dali, voulu et supervisé par Dali est en soi une oeuvre d'art. Ca n'est pas un "simple" musée où on expose une suite d'objets et de tableaux. Il y a une véritable volonté de mise en scène des oeuvres, au sens théâtral du terme. Grosse déception en revanche en arrivant à Cadaquès pour visiter la maison-musée de Dali. Pour limiter le nombre de visiteurs simultanés, les billets d'entrée se prennent sur réservation et fin août, il fallait compter deux jours d'attente. Nous n'avons donc pu la voir que de loin, ce qui en soi, est déjà un spectacle.
Au début, il ne s'agissait que d'une simple baraque de pêcheur, à laquelle Gala et Dali, ajoutèrent d'autres bâtiments, créant un véritable labyrinthe. (Sur Dali et les différents musées de Figueras, Cadaquès et Pubol voir le site de la fondation Gala-Dali : http://www.salvador-dali.org/fr_index.html).
Le retour en France se fera par la côte, avec des arrêts dans des criques paradisiaques fréquentées par des plongeurs et des bancs de poissons multicolores. On profite d'être à Collioure pour monter à la Tour Madeloc par une petite route étroite qui surplombe des vignes en terrasse. Depuis la tour, spectacle grandiose sur la méditerrannée et le Vallespir. Retour par Saint-Génis des Fontaines et Villelongue-Dels-Monts, que nous n'aurons pas le temps de visiter ce jour-là mais que les amateurs d'histoire et de vieilles pierres, ne peuvent pas manquer. Je conseille en particulier la visite du prieuré Santa-Maria del Vilar à Villelongue, qui aujourd'hui abrite une petite communauté de moines orthodoxes qui a à coeur de faire découvrir l'abbaye.
 


Musée Dali (Figueras)
 


Musée Dali (Figueras)


Musée Dali - Gala (Figueras)
 


Musée-maison Dali (Port Lligat)


Collioure
 


Portail du monastère de Villelongue
 

AUTRES BALADES HORS ITINERAIRES

   
Barcelone Il faut bien y consacrer deux journées. Les incontournables : la Sagrada, cathédrale de Gaudi en construction, l'ancienne cathédrale gothique Santa Creu, un joyau, qui abrite également un cloître charmant dans lequel on élève depuis plus de 500 ans, un certain nombre d'oies blanches (ne pas se méprendre ;-)
A voir également : le stade olympique, les piscines, l'Arc de Triomphe et l'incontournable Tour Agbar de Jean Nouvel, véritable phallus-concombre qui se dresse en plein centre de la ville.
   
Andorre-la-Vieille Belle ville dans des paysages de haute montagne magnifiques.
   
Perpignan Avec son Castillet, son palais des rois de Majorque etc
   
La forteresse de Salses Elle émerge à peine des vignes et du coup on pourrait ne pas la voir et ça serait dommage parce que, même si elle a été revisitée par Vauban, c'est un exemple unique en France d'architecture militaire catalane.
   
Sète Pour le cimetière marin et les joutes, mais gaffe aux dates !
   


Sagrada
 


Sagrada


Cloître de la cathédrale de Barcelone
 


Barcelone : stade olympique
 


Cimetière marin de Sète


Joutes nautiques de Sète

OU MANGER ?  OU DORMIR ?

Céret Camping les Cerisiers - Mas de la Toure - 66400 - Céret
Tél.:
04.68.87.00.08
Site : http://www.campingcerisiers.com/
   
Amélie-les-bains Casa Pedro - 8 av du Général Leclerc - 66110 - Amélie
Tél : 04.68.39.03.24
   
Vivès Hostalet de Vivès - 66490 - Vivès
Tél.:
04.68.83.05.52
Site web : http://www.hostalet-vives.com/