Récits et photos de balades à moto


BMW R1200 R

 

Dernière mise à jour
30/10/2018


Côtes nord et sud Centre Bretagne

BRETAGNE


 

Cabanes de Quénécan
 


 

GPS : télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 
 

Breton de souche par ma mère mais né en région parisienne, je suis surtout breton de coeur. C'est pourquoi quand des amis m'avaient proposé une virée bretonne, j'avais répondu présent avec enthousiasme. Avec la Normandie, c'est probablement la région que je connais le mieux. Tous les étés, j'écume la côte nord et la côte sud avec nos petits enfants mais pour découvrir les paysages bretons, les petits villages, les ports cachés au fond des abers, rien de tel que la moto, sachant que contrairement à l'opinion commune, la Bretagne n'est ni un plat pays, ni une région de routes rectilignes. Les Monts d'Arrée et les montagnes noires sont les vestiges d'une chaîne puissante. Aujourd'hui, bien que peu élevé, le relief est très présent, surtout au centre, avec un réseau de petites routes compliquées et sinueuses. Et c'est bien ce réseau-là que notre ami Marc avait prévu de nous faire emprunter.

Au départ de la banlieue de Rennes : Natalie et Marc sur leur R1200R, Gilles sur son R 90S, Philippe et Géné en boîte à roue et moi sur mon R1200R-LC. Objectif, la côte nord puis la descente vers les Montagnes noires pour rallier notre hébergement : les cabanes de Quénécan !
Ca s'annonce bien. La météo s'amuse à nous faire peur mais le soleil s'impose et la D82 vers Combourg est bucolique. Combourg, c'est le château de... Chateaubriand. Une forteresse médiévale austère, sévère, qu'on disait même... hantée. Le jeune écrivain occupait une chambre au dernier étage de la tour du chat, ainsi nommée en raison de la coutume qui voulait qu'on y enterre un chat pour éloigner le démon ! Le père de Chateaubriand considérait que c'était une manière d'endurcir son fils. Son père était un personnage hautain et sombre, qui après avoir été capitaine d'un navire négrier, organisa la traite des noirs en tant qu'armateur, ce qui lui permis d'ailleurs d'acheter Combourg. En tout cas, ce qui est sûr c'est que cette enfance dans ce château marquera profondément l'écrivain.
Après Combourg, direction Dinan et précisément Léhon, sur la Rance. Une délicate attention de Marc qui savait que mes racines étaient là, dans ce petit bourg médiéval. Ma mère y avait passé ses premières années. Je conserve le souvenir de la maison familiale avec ses lits clos, sa grande cheminée où mijotait la marmite suspendue, et les tantes et grands-mères avec leur costume et leur coiffe dinnanaise. Pour nous, petits "parisiens", c'était un univers étonnant.
Séquence nostalgie / off ! Retour à la route qui monte vers le cap Fréhel et... que le spectacle commence ! La route pourrait inviter à l'arsouille mais d'une nous sommes disciplinés : pas question de doubler le meneur et de deux, c'est tellement beau qu'on ne peut que se traîner. Du cap Fréhel aux Sables-d'Or, on progresse dans la lande tout en suivant le bord de mer.
La côte est rocheuse, découpée et depuis la route, on devine des criques sableuses magnifiques. En descendant de moto aux Sables-d'Or-les-Pins, je dirai à Géné : "Je sais où nous passerons nos prochaines vacances".
Aux Sables-d'Or, pause déjeuner au restaurant "L'avenue" : chic, cadre agréable, service avenant, cuisine à la hauteur. Tout pour plaire ! Pour le dessert, je conseille l'île flottante... monstrueuse !
La chaleur est revenue et il est temps de remonter sur les motos afin de profiter de la fraicheur des petites routes de la forêt de Lorge, superbe, mais autrefois sinistre puisqu'elle avait été le théâtre d'exécutions sommaires perpétrées par la Gestapo durant l'été 44. Plusieurs charniers seront retrouvés à la fin de la guerre.
L'arrivée aux cabanes de Quénécan s'avèrera un peu compliquée : pas de problème pour trouver l'accueil mais pour les cabanes, ce fut un jeu de piste. Un jeu de piste doublé d'un problème moto pour le 90 RS, qui non content de nous avoir déjà fait le coup du câble d'embrayage, avait décidé de remettre ça alors que nous arpentions les chemins creux. Mais comme "chat échaudé craint l'eau froide", Gilles avait prévu la perfidie de son antiquité et pu réparer avec un câble neuf.
Les cabanes de Quénécan sont situées à proximité des Forges des Salles, un village sidérurgique très ancien et de l'abbaye cistercienne de "Bon Repos". Autant dire dans un environnement historique et culturel de premier plan.
Les cabanes quant à elles ont été implantées sur les rives de "l'étang du Fourneau", dans les arbres ou sur pilotis. Le confort est spartiate : pas d'électricité, pas d'eau courante, toilettes sèches mais l'essentiel a été prévu. Réserve d'eau, lingettes pour la toilette, bougies pour l'éclairage, une belle terrasse face au lac, lit confortable accessible par une échelle et livraison à domicile du petit déjeuner par une voiturette électrique. A noter qu'à l'accueil un bâtiment sanitaire moderne permet de faire ses ablutions. Donc, un hébergement insolite mais confortable.

Deuxième jour : Le 15 août, les routes et les villes de la côte, pour intéressantes qu'elles soient sont infréquentables. Donc, direction le centre Bretagne en appliquant le même régime que la veille : les blanches et les jaunes bordées de vert ! A 30 bornes de Huelgoat, je prends Natalie en passagère, histoire qu'elle teste la R1200R nouveau modèle. La selle lui semble moins large et plus haute que sur le R de Marc. C'est vrai. Côté protection, pas de différence notoire, même avec ma bulle beaucoup plus basse que la pelle à tarte de Marc. Habitué à passer les vitesses au shifter, je la préviens que les sensations sont différentes. Techniquement parlant : quand on veut passer un rapport, un capteur détecte la poussée sur le sélecteur, envoie un signal à un boitier électronique connecté au faisceau d'allumage pour provoquer une coupure des gaz, ce qui permet de monter les rapports. A vitesse constante ou en ville la sensation est désagréable mais en phase d'accélération, non seulement les vitesses montent toutes seules mais le ressenti coupure-accélération est sympathique. J'évite cependant d'utiliser le shifter entre la première et la seconde et en ville, je reprends la poignée. Bref, pas incommodée non plus, ma passagère. Test positif !
J'avais découvert Huelgoat en 2000, à l'occasion de la préparation de la NetConcentre du forum usenet fr.rec.moto. A l'époque, il n'y avait personne et même quelques années plus tard quand j'étais revenu pour visiter le "chaos", la ville était calme et peu fréquentée. Donc, grosse surprise cette fois en voyant le nombre de restaurants et la foule de touristes. C'est bien pour les affaires mais c'est pas mon truc. Sans réserver une table, on arrive à se caser mais c'est dur. Juste à côté de l'entrée du "chaos", la crêperie "La Grotte" avait bien voulu de nous et ma foi, vu la qualité des plats, nous ne l'avions pas regretté.
Ce chaos de Huelgoat, c'est l'attraction de la ville. C'est un massif forestier granitique traversé par la rivière "d'Argent". Sous l'effet de l'érosion, de gigantesques blocs granitiques enfouis sous les roches sédimentaires ont émergé mais nombre de légendes, fâchées avec la géologie donnent des explications moins rationnelles mais plus romancées : le diable mécontent, Gargantua qui depuis la côte aurait lancé d'énormes galets ou encore, un conflit local où chaque camp aurait tenté de lapider l'autre. Reste que c'est une promenade très agréable qui fait le bonheur des enfants : faire bouger la pierre tremblante de 130 tonnes, s'aventurer dans la grotte du roi Arthur où il serait enterré avec quelques chevaliers de la table ronde. Bref, tout ce qu'il faut pour motiver et nourrir l'imagination fertile des gamins.
Bien calés par les galettes bretonnes nous repartons vers la pointe de la Bretagne, celle de Crozon. Traversée de l'Aulne au pont de Térénez (un bel ouvrage) entre Argol et Rosnoën, pour rejoindre le Menez-Hom par la D60 qui longe la profonde embouchure de l'Aulne.
Le Menez-Hom, encore une légende ou plutôt des DES légendes ! La ville d'Ys qui se serait étendu jusqu'au pied de la montagne ; le roi Marc'h dont ce serait la tombe en attendant qu'il surgisse des ténèbres ; la légende du Dahu qui ne se montre que dans la nuit du 15 août etc.
Le Menez-Hom c'est surtout le sommet le plus à l'ouest des Montagnes Noires et un point stratégique qui permettait de surveiller la mer puisqu'on domine les trois pointes de la Bretagne. Le panorama est superbe et on y pratique de nombreuses activités comme le parapente ou l'aéromodélisme.
Sur la route du retour aux cabanes, Le Faouët et Guéméné mériteraient un arrêt. Le Faouët pour son patrimoine architectural et Guéméné pour son andouille.

Troisième jour : le retour à Rennes par la côte sud.
En fait, je n'ai pas fait cette troisième balade mais je publie l'itinéraire de Marc qui poursuivant sur sa lancée avait concocté une belle journée moto. Je connais bien cette côte ainsi que les routes qui remontent sur Rennes par Questembert, Rochefort-en-Terre, la forêt de Paimpont.
Je quittais donc mes p'tits camarades pour d'autres aventures avec des amis parisiens exilés du côté de Concarneau et du Pouldu.

  

JOUR 1 (205 kms)

Saint-Grégoire (nord de Rennes)
 
 
Combourg D82
Dinan D794
Léhon D795, D12 (arrêt visite)
Plancoët C5, D793, D766, D794
Matignon D768, D19, gauche direction Saint-Potan pour rejoindre la D794
Cap Fréhel D786, D34, D16, D34
Sables-d'Or-les-Pins D34 (pause déjeuner restaurant "L'Avenue")
La Bouillie D34, D786, D52
Lamballe D14
Quessoy D768, C58, D46, D28
Ploeuc-l'Hermitage D81, D27
Uzel D27, D81, D35, D76
Laniscat D76
Cabanes de Quénécan D44, D15
   

JOUR 2 (300 kms)

Cabanes de Quénécan
 
 
Plélauff D15, C4, R, C2
Rostrenen D76, D31
Callac D31, D28, C1
Lannéanou D28, D9
Berrien D111, D769
Huelgoat D14 (pause déjeuner : crêperie "La Grotte"
Brasparts D14, D21
Rosnoën D21
Sainte-Marie-du-Menez-
   Hom
D47, D791, C1, D60, D47
Menez-Hom D887, D83
Châteaulin D83, D887
Laz D41, D72, C3
Scaër D41, D6, C16, C10
Le Faouët D782
Guéméné-sur-Scorff D132, D1
Perret D764, D15, C1
Cabanes de Quénécan C, D15
   

JOUR 3 (260 kms)

Cabanes de Quénécan
 
 
Cléguerec D15
Pontivy D15
Quistinic D2, D188, D156
Languidic D159, D23, D102
Brandérion D158
Nostang D765, D158
Sainte-Hélène D33, D158
Pont-Lorois D158, D9, D781
Landaul D9, D16
Vannes D19, D779 (Pause déjeuner)
Theix-Noyalo D779, D767, D165, CR165
Questembert D7, D1
Rochefort-en-Terre D5, D775, D777 (Pause café)
Saint-Martin-sur-Oust D774, D777
Carentoir D14
Maure-de-Bretagne D773, D14, D248, D48
Bréal-sous-Montfort D62
Mordelles DC7, C6, D224
Pacé D287, D21, D125, D288
Saint-Grégoire D29
   

 


Léhon, près de Dinan


Depuis la route du cap Fréhel
 


Forges des Salles
 


Le Faouët
 


Rochefort-en-Terre


Forêt de Brocéliande

   
 

OU MANGER ?  OU DORMIR ?

Les-cabanes-de-
   Quénécan
Lieu-dit le Guénault - Les Forges des Salles - 22570 - Perret
Tél. : 02.96.24.94.85 ou 06.19.60.55.10
Site web : https://www.hebergement-quenecan.fr/fr
   
Les-Sables-d'or-les-Pins Restaurant L'avenue - 11 allée des Acacias
Les-Sables-d'or-les-Pins
Tél. : 02.96.41.42.42
Site web : http://www.lavenue-restaurant-frehel.fr
   
Près des Cabanes de
   Quénécan
Café de l'Abbaye - Pont du canal en face de l'abbaye du Bon-Repos
   
Près des Cabanes de
   Quénécan
Crêperie Milin Ruz - 16, rue Le bout du Pont - 22570 Plélauff
Tél. : 02.96.24.82.95
Site Facebook
   
Huelgoat Crêperie "La Grotte" - 25, rue des Cendres -2969 Huelgoat
Tél : 02.98.99.71.66
Site Facebook
   
Vannes Nombreux restaurants : voir le waypoint sur l'itinéraire