Récits et photos de balades à moto


BMW R1200 R

 

Dernière mise à jour
02/06/2017

MON TOUR DES

YVELINES

ILE-DE-FRANCE

 



GPS :
télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 

Aller : Montfort l'Amaury - Vaux de Cernay 83 kms
Retour : Vaux de Cernay - Montfort l'Amaury 104 kms

 

Quand on évoque le 78, on pense spontanément au patrimoine connu de tous : château de Versailles, de Rambouillet, de Maisons Laffitte, de Saint-Germain, aux villes rendues célèbres par les peintres impressionnistes ou les écrivains : Bougival, Marly, le Pecq, Médan, Saint-Arnoult... Mais à côté des autoroutes de la culture, il y a aussi un département aux richesses multiples que j'aime faire découvrir, comme à l'occasion de cette balade de 180 kms, qui est un peu "Mon tour" des Yvelines. Le département étant composé à 80 % d'espaces naturels principalement occupés par les forêts, cette balade se fait principalement sous le couvert, excusez du peu... des quelques 70.000 hectares de forêts que comptent les Yvelines.

 

ALLER (83 kms)

Montfort-l'Amaury
 
Maison de Ravel, ruines du château d'Anne de Bretagne, Cloître
Grosrouvre D112 (Château de la Mormaire)
Gambaiseuil D112
Gambais D112
Saint-Léger D983, D936
Gazeran D936, D108, C3, C2
Sauvage D62 (Château, réserve zoologique)
Saint-Arnoult D176, D936 (Fondation Elsa Triolet / Louis Aragon)
Bullion D132
Cernay la Ville D61, D906
Vaux de Cernay D149, D91
   

J'ai choisi de faire débuter cette boucle des Yvelines à Montfort l'Amaury, vieille ville historique du 11ème siècle dominée historiquement par la famille de Montfort, rendue tristement célèbre par Simon IV, impitoyable bourreau d'une croisade contre les Cathares. Mais Montfort a aussi été une ville de culture avec Ravel, qui occupa une petite maison (Le Belvédère) située au pied du château de la duchesse Anne de Bretagne, avec Victor Hugo qui écrivit en particulier une "Ode aux ruines de Montfort", et bien d'autres personnalités.
Le petit bistrot de la place de l'église est un lieu de rendez-vous idéal à partir duquel, on peut faire le tour des principales curiosités en une demi-heure environ.
Après Montfort, on s'enfonce dans la forêt de Rambouillet, pour ne plus la quitter pendant 80 kilomètres. A la sortie de Grosrouvre, dans un virage à 90 degrés, le château de la Mormaire  laisse entrevoir sa belle façade et ses jardins. La propriété appartient à un industriel, Monsieur Pinault, ami des Chirac, qui fréquentèrent assidument les lieux durant la campagne électorale de 1995. A noter que François Pinault possède une collection d'art exceptionnelle, dont il va exposer 200 oeuvres majeures au printemps 2008 à Venise.

La route forestière viroleuse qui rejoint Gambais puis Saint-Léger est un vrai bonheur de fraîcheur mais attention aux sangliers qui ne se s'embarrassent guère des clôtures ; ce qui me vaudra une belle frayeur, quand monsieur et madame, lancés dans une course effrénée traversèrent la route à une petite dizaine de mètres de ma roue avant. :-/
Gambais, c'est le village de Landru ;-) mais le charme de cette petite bourgade fait vite oublier les horreurs du Barbe-Bleu des Yvelines. Robert et Sonia Delaunay, peintres flamboyants du siècle dernier, y vécurent et y sont enterrés. Merveilleuses petites routes que ces D108 et D62 qui cheminent vers Sauvage, au confins du département et à quelques "encablures" de Chartes. Sauvage, c'est le Thoiry du sud, moins tape à l'oeil. Le château héberge une réserve zoologique créée par René Jamous, membre du Fond International pour la Préservation de la Nature et dont la vocation est de sauvegarder des espèces rares et / ou en voie de disparition. René Jamous s'intéressait surtout aux oiseaux, qui représentent la majorité des pensionnaires du château.
La dernière fois que j'ai fait cette balade (décembre 2007), la route entre Sauvage et Saint-Arnoult était interdite à la circulation en raison des travaux pharaoniques de la N10. J'espère qu'il ne s'agit que d'ouvrir des raccordements à la nationale et que la D176 conservera son charme, en particulier là où elle emprunte la vallée de la Rémarde aux portes de Saint-Arnoult. A Saint-Arnoult on peut visiter la maison-musée "Aragon / Triolet"
(site : http://www.maison-triolet-aragon.com/) qui par ailleurs est un lieu vivant dans lequel se multiplient les initiatives culturelles de toutes sortes.
La route qui remonte ensuite vers Cernay est pleine de charme et traverse des villages adorables, comme Bullion et la Celle-les-Bordes, avant de plonger dans la vallée de l'Yvette vers les cascades ou plutôt "les cascadelles" du lieu-dit "Les cascades des Vaux", idéales pour un pique-nique ou une collation dans une petite auberge.
 


Maison de Ravel
 


Ruines du château d'Anne de Bretagne
 


Château de la Mormaire
 


Château de sauvage
 


Maison d'Elsa Triolet et Louis Aragon

 


Ferme de Sauvage
 

RETOUR (104 kms)

Vaux de Cernay
 
 
Abbaye des Vaux D91, D24
Auffargis D24 (Château de la fontaine)
Les Mesnuls D191 (Château, Allée pavée des Tilleuls
Beynes D191
Les Alluets D198
Mantes-la-Jolie D45, D158 (Collégiale)
Septeuil D983
Béhoust D42 (Château)
Boissy-sans-Avoir D42
Montfort-l'Amaury D76
   

Au lieu-dit « Les cascades », on est au cœur du parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse sur un site pittoresque où le « Ru » des Vaux coule à travers un relief chaotique formé de blocs de grès. La partie la plus intéressante se trouve de part et d’autre de la D24 qui tournicote jusqu’à Auffargis et qui passe successivement devant l’ancienne Abbaye cistercienne des Vaux, la ferme des vallées (17ème) et une belle forêt de résineux très fréquentée durant les week-end.
A Auffargis, contourner le village par la rue des Vaux de Cernay pour y admirer le château de la Fontaine, avec ses tourelles à poivrières.
Aux Mesnuls, juste après le château, la D191 se transforme en Allée pavée pour quelques centaines de mètres, allée bordée de tilleuls magnifiques et dont les pavés sont classés. Ca secoue mais patrimoine oblige…
Après Jouars-Ponchartrain, la route ondule gentiment dans la large vallée de la Mauldre avant de grimper sur les hauteurs de Beynes, pour replonger dans l’étroite vallée d'un affluent du "Ru de Gally", sur les rives duquel Brassens avait colonisé l'ancien Moulin de la Bonde, aujourd'hui en piteux état.
A Crespières, on passe devant l'ancien restaurant des Routiers où Brassens et "ses copains" avaient leurs habitudes puis on monte sur le plateau des Alluets qui domine au nord la vallée de la Seine et on rejoint Mantes-la-Jolie par des petites départementales qui sentent déjà bon le "vexin français". A Bazemont, l'église Saint-Illiers (12ème) présente la particularité d'avoir été reliée au château par une galerie aérienne à colombages.
Le centre historique de Mantes est dominé par la collégiale Notre-Dame et la tour Saint-Maclou. A noter que depuis 2006, la ville s’est vu attribuer le label « Villes Royales » en raison des séjours de Philippe Auguste, Blanche de Castille, Louis XI et bien sûr d’Henri IV qui venait rendre visite à sa favorite Gabrielle d’Estrées. C’est d’ailleurs ce dernier qui est à l’origine du nom de la Ville dans un courrier à Gabrielle D’Estrées où il écrivait : « Je vais à Mantes, ma Jolie »
La route du retour emprunte la vallée de la Vaucouleurs, puis la plaine de Montfort en traversant les discrètes mais charmantes bourgades d'Orgerus, Béhoust, Garancières.


Cascadelles des Vaux
 


Château des Mesnuls
 


Allée des tilleuls aux Mesnuls
 


Bazemont et sa galerie aérienne
 


Collégiale de Mantes-la-Jolie


Château de Béhoust

 


 

OU MANGER ? 

Vaux de Cernay
Le Chalet des cascades - Route de Dampierre
Site web : http://le-chalet-des-cascades.zenchef.com/