Récits et photos de balades à moto


BMW R1200 R

 

Dernière mise à jour
12/10/2017

Vosges, Rhénanie

Luxembourg

AOUT 2011


 

Vallée du Rhin depuis le rocher de la Loreleï
 

Au programme des réjouissances : la vallée du "Haut-Rhin moyen" entre Bingen et Boppard en passant par les Vosges, le Luxembourg et Strasbourg.
Le départ de Paris et le retour ne présentant aucun intérêt, la première étape de liaison commence à la sortie numéro 20 de l'A5 et celle du retour se termine à Château-Thierry. La boucle fait 1700 kms environ et nous avions choisi de la parcourir tranquillement en 7 jours :

  • 1 - Paris - Saint-Maurice-sur-Moselle dans les Vosges

  • 2 - Saint-Maurice - Strasbourg en traversant le massif des Vosges du sud au nord

  • 3 - Visite de Strasbourg

  • 4 - Strasbourg - Manderen, un petit village à la frontière allemande et Luxembourgeoise

  • 5 - Manderen - Boppard-Weiller par la Rhénanie-Palatinat et la vallée du Rhin

  • 6 - Boppard-Weiller - Manderen par la vallée de la Moselle et le Luxembourg

  • 7 - Manderen - Paris

Moyen de transport : mon jouet préféré du moment, je veux dire ma GS Adventure et une fois n'est pas coutume, une voiture suiveuse pilotée par mon Sherpa préféré, ma douce compagne Géné. Onéreux et peu écolo comme mode de déplacement mais on verra dans l'avenir à optimiser notre impact carbone en investissant peut-être dans un plateau. En attendant, ça m'avait permis de voyager léger avec comme seul souci de ne pas perdre madame au milieu de nulle part. Je pilonne pour qu'elle utilise un GPS mais c'est loin d'être gagné. Pas franchement technophobe mais juste pas envie de se fatiguer le neurone pour apprendre à utiliser un bousin. J'avais pourtant mis au point une technique assez fourbe : la perdre régulièrement mais c'était sans compter sur le GSM qu'elle manie avec brio.

 

GPS : télécharger le fichier zippé au format GPX
télécharger directement le fichier GPX

 

ETAPE 1 :  TROYES - SAINT-MAURICE-SUR-MOSELLE  (328 KMS)

Sortie 20 de l'A5
 
 
Piney N60, rocade nord de Troyes, D960
Radonvilliers D11
Doulevant-le-Château D11, D102, D980, D60
Joinville D60
Poissons D427
Trampot D427
Coussey D19, D71, D3
Mirecourt D3, D166
Châtel-sur-Moselle D10
Bruyères D10, D420
Xonrupt-Longemer D423, D417
La Bresse Par la vallée du Chajoux (D34)
Cornimont D486
Le Thillot D486
Saint-Maurice N66
Rouge-gazon D90
   

 

Tous les chemins mènent à Rome mais pour rallier le sud des Vosges, celui-là n'est pas mal. Après la purge autoroutière destinée à s'extirper de la région parisienne, on contourne Troyes par le nord pour s'installer sur de la départementale roulante mais sympathique, ce qui en terme motard veut dire touristique et "viroleuse".
En vue des remparts de Châtel-sur-Moselle (vestiges d'une des plus grandes forteresses d'Europe), on navigue avec en fond d'écran la ligne bleue des Vosges. La suite est un avant goût de la balade du lendemain mais dans un premier temps il faut grimper au Rouge-gazon, un hôtel-restaurant situé à Saint-Maurice-sur-Moselle, que bien des motards et randonneurs connaissent. Un endroit comme on les aime : en pleine nature au bout d'une route de montagne sans issue, une cuisine et un hébergement au top et un accueil chaleureux.
 


L'hôtel du Rouge-Gazon
 


Les spécialités du chef
 

 

ETAPE 2 : SAINT-MAURICE-SUR-MOSELLE - STRASBOURG  (241 KMS)

Saint-Maurice-sur-Moselle
 
 
Ballon d'Alsace D465
Massevaux D465, D59, D466
Bitschwiller D14
Le Markstein D13, D431 (route des crêtes)
Col de la Schlucht D430 (route des crêtes)
Col du Bonhomme D61, D148 (route des crêtes)
Sainte-Marie-aux-Mines D148, D48
Lièpvre N59
Col de Fouchy D48
Villé D155, D39
Le Hohwald D425
Rosheim D130, D214, D426, D35
Molsheim D35, D500
Wiwersheim D30
Vendenheim D64
   

 

Après un copieux petit-déjeuner à base de jambon fumé et de munster, le Ballon d'Alsace n'avait qu'à bien se tenir. Comme préliminaire à une journée moto, "le Ballon", y'a pire ! Depuis Saint-Maurice, la montée fait 9 kilomètres et les virages bien dessinés se prêtent à une ascension dynamique. Le sommet est une vaste calotte dénudée qui offre une vue imprenable sur la vallée de la Doller et une grande partie des Vosges. C'est cette même route qui avait été empruntée pour la première fois en 1905 par les coureurs du Tour de France. Dans une autre vie j'avais participé à la course à pied "la montée du ballon", une course de montagne d'une douzaine de bornes qui partait du petit village de Malvaux sur le versant sud. Ambiance sympa, tourte de porc au munster et fabuleuse tarte aux myrtilles dans une ferme-auberge du sommet.
Que dire de la suite de cette balade, si ce n'est qu'à partir du Col Amic elle emprunte la route des crêtes sur pratiquement toute sa longueur. Sur cette route, tout a déjà été dit : ses origines militaires, les paysages grandioses qu'elle permet de découvrir avec ses cols, ses lacs, ses "chaumes", l'affluence des motards, les polémiques autour de sa possible règlementation... en tout cas, ce matin-là, autour de 9:30, c'est le bonheur : pas un chat, un temps magnifique, des paysages sublimes re-découverts pour la énième fois à un rythme de sénateur épanoui, perché sur la meilleure moto du monde.  ;-)
Après le col des Bagenelles, on plonge dans la vallée de la Liepvrette pour bifurquer à Liepvre vers le col de Fouchy, moins connu que "les grands" cols mais qui est un de mes préférés dans les Vosges en raison d'une route bucolique à souhait. L'objectif étant Strasbourg, à partir de Villé on vise Molsheim, par le Hohwald pour se retrouver dans la plaine d'Alsace et terminer l'étape par une vingtaine de kilomètres dans la banlieue de Strasbourg. Notre hébergement n'était pas situé à Strasbourg même, mais au nord, à Vendenheim dans une zone forestière. La petite route qui passe devant "l'Auberge de la Forêt" est assez fréquentée mais a priori toutes les chambres donnent sur l'arrière et l'endroit est calme pendant la nuit. L'établissement propose un garage pour les motos.
 


Au Ballon d'Alsace
 


La route des crêtes
 

 

ETAPE 3 :  VISITE DE STRASBOURG (30 KMS)

Vendenheim
 
 
Strasbourg A4 vers les parkings "Kléber" ou "Tanneurs" du quartier historique (Grande-Ile)

A voir :
- La Petite France et les Ponts-Couverts
- Le barrage Vauban
- L'église protestante Saint-Thomas
- Le Palais des Rohan
- La cathédrale Notre-Dame
- La maison Kammerzell
- La place Broglie (Place du marché de Noël)

 

   

 


Le mieux pour visiter Strasbourg, c'est de poser sa moto ou sa voiture (pour nous ce jour-là, la voiture) dans un des nombreux parking du quartier de la "Grande Ile" et de se précipiter à l'office du tourisme. Si on gère bien son affaire, en une journée, on peut faire l'essentiel. Nous avions choisi de commencer par une visite de la ville avec un conférencier des Monuments Historiques. Compter 2 à 3:00 heures mais ça vaut vraiment le coup. Pour résumer l'essentiel, la ville a été construite sur l'Ill et ses nombreux affluents. Ca n'est pas Venise mais mais on ne peut pas s'empêcher de faire le rapprochement. D'ailleurs, à l'origine, la cathédrale avait été construite sur des remblais de pierres renforcés par d'énormes pilotis en chêne. Ces poteaux, rongés par l'humidité avaient fini par disparaître et il avait fallu "reprendre" les fondations sous la totalité du monument. La seconde flèche de la cathédrale n'a jamais été édifiée pour des raisons économiques mais aussi pour ne pas risquer de déstabiliser l'édifice.
Dans la vieille ville, c'est le grès rose des Vosges qui est le matériau de construction le plus utilisé mais dans ce même quartier on trouve de nombreuses maisons à colombage dont les plus belles et plus célèbres sont la maison Kammerzel et la maison des tanneurs dans le quartier de la "Petite France". Strasbourg étant devenue allemande après la guerre de 1870, un quartier dit "quartier allemand", est construit à la périphérie de la "Grande Ile" dans un style typiquement germanique.
La visite guidée commence à la cathédrale et se termine à la "Petite France". Entre les deux, on parcourt les ruelles et les places (place Gutenberg) de la vieille ville, on visite l'église protestante Saint-Thomas dans laquelle le bon docteur Schweitzer donnait son concert d'orgue annuel pour financer son hôpital africain de Lambaréné.
La "Petite France" est un quartier très pittoresque, occupé autrefois par les pêcheurs, les meuniers et les tanneurs. Dans la toiture, les maisons des tanneurs possèdent des galeries ouvertes pour le séchage des peaux. Autant dire qu'entre la pêche et le tannage des peaux, le quartier devait être une véritable puanteur, d'autant que située dans la plaine d'Alsace, la ville pouvait connaître des températures estivales élevées.  ;-) Ce jour-là, en tout cas le quartier distillait plutôt des odeurs de flammekueche et de choucroute.
Une manière simple et rapide de déjeuner, c'est par exemple de s'installer sur les bords de l'Ill, à la terrasse d'un des nombreux petits restaus de la Petite France et d'y déguster une flammekueche au munster accompagnée d'une bière pression bien fraîche et tant qu'à faire, plutôt ici puisqu'on a testé : "La petite Alsace", 23 rue du Bain aux Plantes. En plus, c'est situé dans un quartier beaucoup plus calme que les autres.
La "Petite France" est une appellation à première vue assez énigmatique. A priori, ça "pose", ça fait chic sauf que l'explication est plutôt triviale. On raconte qu'au 15ème siècle, les gardes suisses (des mercenaires) avaient ramené la syphilis depuis Naples et que du coup, à Strasbourg on avait été obligé de construire un hospice destiné à isoler les "véroleux", victimes d'un mal, qu'on allait donc appeler la "Petite France", comme d'autres parlent de la petite vérole. C'est curieux d'ailleurs que la vérole soit toujours transmise par le meilleur de nos ennemis. ;-)  Pour les français, c'est le mal napolitain, pour les italiens, c'est le mal français, pour les écossais, ce sont les anglais etc etc

Pour avoir un point de vue global sur la Grande-Ile, on peut également en faire le tour en bateau. D'habitude, ça n'est pas mon genre de donner dans le "Trimballe-Couillon" mais là, le programme n'était pas déplaisant. Le seul truc, c'est qu'il faut réserver à l'avance. (nous avions fait ça la veille). Quand on a suivi comme nous, une conférence sérieuse sur la ville, on peut se dispenser des commentaires audio plutôt succincts des bateaux. Un des intérêts, c'est que la balade nous emmène jusqu'aux bâtiments des institutions européennes.
Si on se trouve à Strasbourg à la mi-août, on peut également profiter du "festival Les Arts dans la rue", avec une foultitude de spectacles gratuits de très bons nivaux : des acrobates, des musiciens, des comédiens, des clowns, qui provoquent dans la rue des déferlantes de rires et de bonne humeur. Le programme est disponible sur le site web de la ville. On a particulièrement aimé le spectacle de la compagnie "Gêne et Tics" : "Le Trône" qui met en scène un clown dans un moment d'intimité courant mais délicat (les toilettes) ; la déambulation nocturne et pyrotechnique d'une troupe de musiciens et de danseurs complètement... allumés et enfin les illuminations de la cathédrale sur des airs de musique classique.
Et pour terminer en beauté la soirée, si on aime la bonne cuisine régionale, on a le choix entre la maison Kammerzel ou une autre excellente adresse : Au Tire-Bouchon dans la rue des Tailleurs de Pierre. Pour Le Tire-Bouchon, mieux vaut réserver au 03.88.22.16.32.
 


Quartier de la Petite France
 


Cathédrale
 


La maison Kammerzel


Maison de tanneur
 


Spectacle de rue (Le Trône)

 

ETAPE 4 : STRASBOURG - MANDEREN  (183 KMS)

Vendenheim
 
 
Brumath D226, D263
Ingwiller D419, D919
Sarre-Union D919, D8
Francaltroff D23, D88
Saint-Avold D22, D910A
Boulay D603, D25
Bouzonville D19
Halstroff D19, D956
Manderen D60, Rémeling, Ritzing, D64
   

 


Pour quitter Strasbourg vers le nord-ouest, inutile de se gratter le neurone pour trouver des routes sympas : autant filer au plus court vers les Vosges. Je suis un peu injuste parce que sur la route qui mène à Ingwiller, on traverse des villages alsaciens tout à fait charmants comme Pfaffenhoffen ou Obermodern qui possèdent quelques très belles maisons traditionnelles. Ceci dit, côté roulage, il faut attendre la forêt de "la Petite Pierre" pour trouver du viroleux, sachant que ça n'a rien à voir avec les Vosges du sud, plus élevées et plus accidentées. Au nord-ouest les Vosges ressemblent plutôt à une suite de collines.
Si à l'heure du déjeuner on se trouve dans les environs d'Altwiller (à l'ouest de Sarre-Union sur la D22), il ne faut pas hésiter à s'arrêter à "La Hutte Gauloise", un sacré bon petit restaurant, fréquenté par les autochtones et les ouvriers, ce qui est souvent bon signe. Après Saint-Avold la route vers le Luxembourg traverse des zones forestières et rurales aux paysages agréables, ponctués de villages lorrains dans lesquels les nombreuses fermes indiquent que l'agriculture tient encore une place importante. La Lorraine est quand même la deuxième région herbagère française !
Notre destination de la journée se situe dans les environs de Schengen, le "tripoint" frontalier entre la France, L'Allemagne et le Luxembourg, précisément à Manderen au pied du château de Malbrouck.
Etant sur la réserve, nous commençons par aller faire le plein de la Gazelle teutonne et de la Clio de Madame au Luxembourg, où le prix de l'essence est avantageux. En Allemagne, les prix sont identiques à ceux de la France, voire plus élevés.
L'hôtel s'appelle le "Relais du Château". C'est un Logis de France tenu par deux frères, qui s'activent en cuisine avec talent. Nous y passerons deux soirées (celle-là et celle du surlendemain à notre retour de Rhénanie) dans un cadre vraiment très sympa, profitant du calme du village (140 habitants) et de la présence altière du Château. Quand je me rends en Lorraine, j'apprécie la gastronomie du terroir et là je dois dire que les "frangins" m'ont comblé, surtout avec cette fabuleuse charcuterie fumée que je n'ai jamais retrouvée nulle part ailleurs. Les vins de Moselle ne sont pas désagréables non plus, je dirais même qu'ils sont excellents, avec un fruité et des arômes délicats qui n'ont rien à envier à des crus français plus "réputés".
Pour les amateurs, deux bonnes adresses où nous nous sommes ravitaillés en produits locaux :

  • Jambon et charcuterie : Maison Kiffer - Village de Ritzing - Route de Launstroff - GPS : N49 26.206 E6 28.197

  • Vins de Moselle : Claude Sontag - 3, rue Saint-Jean - Contz-les-bains.Tél : 03.82.83.68.48 - GPS : N49 27.273 E6 20.538

La liaison Strasbourg - Manderen étant assez courte, on doit normalement avoir le temps de monter au château de Malbrouck. A pied, ça se mérite mais l'effort en vaut la chandelle : nous arrivons trop tard pour l'expo Robert Doisneau et la visite du monument mais le site est génial et impressionnant. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le château n'a pas appartenu à Malbrouck (duc de Malbrough). A l'origine c'est le château de Meinsberg qui est devenu Malbrouck pendant la guerre de succession d'Espagne. Malbrouck, en difficulté avait profité d'une nuit de brouillard pour quitter la place discrètement, laissant juste son nom au château. Cet épisode peu glorieux... mais futé ne retire rien au fait qu'il a été un des plus grands généraux anglais du 18ème siècle, nonobstant la fameuse chanson : "Malbrough s'en va-t-en guerre, Mironton, mironton, mirontaine..." qui avait été écrite pour railler un ennemi.  ;-))
Restait plus qu'à redescendre à l'hôtel pour déguster un crémant de Moselle au cassis ou pour madame à la liqueur de mirabelles.
 


Campagne lorraine du côté de Ritzing
 


Château de Malbrouck
 

 

ETAPE 5 : MANDEREN - WEILLER-BOPPARD (240 KMS)

Manderen
 
 
Waldwisse D64
Siersburg D64, L172
Honzrath L156
Rappweiller L377, L157
Nonnweiler L157, L365
Allenbach L330, L147, L165, K49, B269, B422
Rhaunen L162
Gemünden L162, B421
Kreershaushen L229, L230
Stromberg L230, K29, K45, L240
Bingen L214
Niederheimbach B9
Lorch traversée du Rhin par le bac
Kaub B42 (Château)
St Goarshausen B42 (Château)
Lörelei A St Goarshausen, suivre la route du rocher de la Lorelei
Lierschied L338, K88, K87,K86
Rathausgässchen K86, K85
Route vers le vignoble Point de vue idéal pour photographier la vallée
Weyer K85
Dahlheim L334
Boppard K103 et bac
Weiller K118
   

 


Je précise tout de suite que le roadbook GPX est découpé en trois tronçons (jour5-1, jour5-2, jour5-3) afin d'éviter la superposition des itinéraires qui ne plaît pas à tous les GPS.
J'attendais avec impatience cette incursion en Rhénanie. Un projet ancien que je n'avais pas pu réaliser jusqu'à ce jour avec l'idée d'y retourner avec un groupe d'amis motards. Autant dire que j'avais peaufiné mon itinéraire en sélectionnant les routes qui me paraissaient les plus touristiques et les plus propices à la moto. Beaucoup de forêts à traverser, des routes qui tournent, tout était réuni pour une journée géniale.
Sauf que le matin en ouvrant les volets, le ciel était devenu gris et carrément menaçant. :-(
La suite se révèlera catastrophique : un gâchis absolu ! Nous avons traversé les monts de Rhénanie et la grande forêt palatine (Pfälzerwald) sous un déluge qui nous a accompagnés pendant 160 kms et ne nous a lâchés qu'à Bingen dans la descente vers la vallée du Rhin. Même mes "Soubirac Klipper 2" n'ont pas tenu le choc. J'avais évidemment des "sur bottes" dans le top case mais m'arrêter en cours de route sous la pluie pour les enfiler, c'était au-dessus de mes forces !
Il faut croire que les divinités du Rhin avaient pris pitié du pauvre motard "rincé" car en sortant de la cafétéria de Bingen, les nuages avaient disparu et le soleil avait séché les routes ! Alleluia ! La remontée du Rhin ne serait pas gâchée par la météo ! Heureusement parce que cette portion de la vallée comprise entre Bingen et Boppard était un de mes objectifs prioritaires.
Avec ses châteaux, ses panoramas exceptionnels, ses villes historiques, ses vignobles, la vallée a été classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO. A cet endroit, le fleuve s'encaisse entre les montagnes de Rhénanie entrecoupées de vallées latérales étroites, qui mettent en relief une série de collines et de blocs de grès dont le plus célèbre est celui de la Loreleï. Pour remonter la vallée on peut prendre deux routes : celle de la rive gauche ou celle de la rive droite mais comme le Rhin est un fleuve puissant les ponts sont rares (un pont à Mayence et un autre à Coblence). En revanche, les bacs pour passer d'une rive à l'autre, eux, sont nombreux. La route la plus intéressante est celle de l'est mais si on a le temps, il ne faut pas hésiter à traverser pour profiter d'autres points de vue. Les bacs sont payants avec un tarif spécial moto. Kaub est une petite ville de viticulteurs et d'ardoisiers mais elle doit sa renommée au château Pfalzgrafenstein construit sur une île. A l'origine (14 ème), c'était une tour de péage, avant de devenir un château. L'endroit est célèbre car c'est là que Blücher parvint à passer le Rhin pour repousser Napoléon. En vue de St-Goarshausen on aperçoit le rocher de la Lorelei. Peu spectaculaire vu de la route, il n'a d'intérêt que si on l'escalade pour découvrir un panorama spectaculaire. On a le choix entre un sentier pédestre et la route. Nous avions choisi... la route, qui se termine sur le parking (payant : 1 euro) d'un hôtel autour duquel une promenade aménagée permet d'admirer le paysage. Comme je l'indique plus haut, cette portion de la vallée du Rhin est ponctuée de vallées transversales qui pénètrent assez profondément dans les monts de Rhénanie. Les routes qui suivent ces vallées sont un vrai bonheur pour le motard désireux de se dégourdir les bielles et de limer ses "bandes de peur". La seconde partie de mon itinéraire décrit d'abord l'arrivée sur un coteau de vignobles avec un point de vue magique. On peut même s'amuser à faire le tour du vignoble par de toutes petites routes mais attention, une ou deux épingles sont redoutables.  ;-)
La troisième partie de l'itinéraire se poursuit sur le même type de routes et on rejoint l'hôtel Eiserner Ritter de Weiler par le bac de Boppard.
 



Le bac à Boppard

 


Château de Kaub
 


Le Rhin depuis la Loreleï
 


La Loreleï
 


Le Rocher de la Loreleï


Le Rhin depuis les vignobles


Château du Katz (St Goarshausen)
 

 

ETAPE 6 : WEILLER-BOPPARD - MANDEREN (274 KMS)

Weiller-Boppard
 
 
Boppard K118
Löf L207
Treis B49 (vallée de la Moselle)
Bruttig-Fankel L202, K36 (visite du village)
Sehl B49 (Château de Cochem))
Ulmen B259
Manderscheid L46
Grosslittgen L46, L62
Kyllburg L34
Nimshuscheidmühle L34, L5
Waxweiller L33, L12
Sinspelt L10, L4
Obersgegen B50
Bollendorf L1
Junglinster N10, CR121, N14, CR121, N11
Wormeldange CR129, CR122
Apach B419, D654
Manderen D64
   

 


Le retour vers la France s'annonce bien côté météo. Au moins pourrons-nous traverser ces montagnes rhénanes sous le soleil et nous faire une idée des paysages. A peine quitte-t-on la vallée du Rhin qu'on plonge déjà dans celle de la Moselle. La descente en lacet vers Löf et Alken est magnifique ; dans le dernier lacet, une petite route tombe à point pour faire un arrêt photo. A Treis-Karden je m'écarte provisoirement des bords de la Moselle pour aller "jardiner" sur des petites routes plus techniques. Des travaux m'entraînent sur des déviations improbables, qui me retarderont mais qui auront le mérite de me faire découvrir des routes géniales entre Treis et Bruttig. Du coup, comme il était midi et que le village est classé parmi les plus beaux de la vallée de la Moselle, nous nous y arrêtons pour flâner  et déjeuner. Quelques kilomètres plus loin on découvre Cochem avec son château de Reichsburg. Cochem est un village calme et tranquille, avec un quartier médiéval et de belles maisons à colombage. Tout comme à Bruttig, les promenades aménagées au bord de la Moselle sont très agréables et offrent de beaux points de vue sur le vignoble.
Un peu plus loin, au sud de Daun, le paysage est composé de collines volcaniques et sur la L46, on passe à proximité d'un des trois lacs de cratère (le Gemündener Maar). L'endroit est très sympa et après une courte balade, on peut se désaltérer dans un bar-hôtel. De Daun jusqu'à Sefferweich (40 kms) on est sur un tronçon de la "Grüne Strasse" qui relie Donaueschingen dans la Forêt Noire à Contrexéville en passant par l'Alsace et les Vosges. Cette route avait été créée en 1960 par le maire de Colmar qui était un fervent militant de la réconciliation franco-allemande. L'itinéraire est touristique et permet de découvrir les sites remarquables (Malberg) ainsi que les spécialités gastronomiques de chaque région qu'elle traverse. Et pour ne rien gâcher, c'est une route où le motard ne s'ennuie pas.
Il ne s'ennuiera pas non plus jusqu'à l'arrivée parce qu'on aborde le Luxembourg par le même genre de route, bien viroleuse et qu'on traverse le duché par la "Petite Suisse Luxembourgeoise", (voir cette page) une région très pittoresque que je connais bien pour des raisons familiales et pour y avoir souvent posé mes roues.

 


Vallée de la Moselle à Löft - Alken
 


Promenade des bords de la Moselle à Brittig
 


Château de Cochem
 


Malberg


Mullerthal (suisse luxembourgeoise)

 

ETAPE 7 : MANDEREN - CHATEAU-THIERRY (285 KMS)

Manderen
 
 
Sierk-les-Bains D64, D654
Cattenom D64, D1
Hettange-Grande D1, D153, D653
Fontoy D57, D14, D58
Audun-le-Roman D59A, D156
Boismont D57, D16
Damvilliers D105, D65, D905
Montfaucon D19,
Ste Menehould D19, D38, D85
Châlons en Champagne D3
Vertus D933, D36
Montmort-Lucy D36, D38
Condé-en-Brie D18, D11, D42, D4
Château-Thierry D4, D1003
   

 


L'itinéraire de mon retour vers Paname n'est pas désagréable : jusqu'à Château-Thierry, il évite les autoroutes, les routes à grande circulation et traverse l'Argonne et la Champagne. Si on se trouve dans les environs de Châlons à l'heure du déjeuner, il ne faut pas rater la Brasserie des Ardennes, un très bon restaurant où la cuisine et le service sont parfaits.
 

 

OU MANGER ?  OU DORMIR ?

Saint-Maurice
    sur Moselle
Hôtel-restaurant "Le Rouge Gazon"
Tél : 03.29.25.12.80
Site web : http://www.rouge-gazon.fr/
   
Strasbourg Hôtel "L'Auberge de la Forêt" - 67550 - Vendenheim
Tél : 03.88.20.01.15
Site web : http://www.aubergedelaforet.fr/

Restaurant La Petite Alsace" - 23 rue du Bain aux Plantes
Site web : http://restaurant-alsacien-strasbourg.fr/

Winstub "Le Tire-bouchon" - 5, rue des tailleurs de pierre
Tél.:
03.88.22.16.32
Site web : http://www.letirebouchon.fr/

   
Altwiller Restaurant "La Hutte gauloise"
Site web : http://www.lahuttegauloise.fr/
   
Manderen Hôtel "Le Relais du Château"
Tél. : 03.82.83.73.16
   
Boppard-Weiler Hôtel Eiserner Ritter - Zur Perterskirche 10
Tél. : +49.6742.93.00-0
Site web : http://www.eiserner-ritter.de/
   
Châlons-en-Champagne Brasserie Les Ardennes - 34, place de la République
Excellente adresse pour une cuisine de Chef à des prix raisonnables
Tél : 03.26.68.21.42